Le gouvernement annonce une « prime corona »

Publié par Admin le

Le gouvernement annonce une "prime corona" : des miettes, et encore une arnaque

L’AIP c’est quoi ?

L’AIP est un accord interprofessionnel négocié entre les syndicats et le monde patronal. Tous les deux ans, il fixe notamment la marge MAXIMALE d’augmentation des salaires. Les négociations salariales menées par la suite aux échelons inférieurs (échelon sectoriel, échelon de l’entreprise) ne peuvent aller au-delà de la marge fixée.

AIP 2021-2022 :

D’abord, rappelons les marges des dernières années :

  • 0% pour 2011
  • 0,3% pour 2012
  • 0% pour 2013-2014
  • 0% pour 2015
  • 0,8% pour 2016
  • 1,1% pour 2019-2020

Quand sera-t-il de ces deux prochaines années ?

Une marge à 0,4%…

Actuellement, la marge est fixée à 0,4% par le Conseil central de l’économie. Donc pour 2020-2021, pas d’augmentations salariales de plus de 0,4% ! 0,4% représente 13 euros bruts par mois pour les salaires médians… Nous le voyions déjà avant cette crise et encore plus à l’heure actuelle, les riches deviennent de plus en plus riches. D’un côté, les patrons nagent dans leurs dividendes. D’un autre côté, le coût de la vie augmente pour les travailleurs qui doivent se serrer la ceinture.

+ une « prime » ?

À présent, les négociations entre les « partenaires sociaux » ayant échoué (sur toute cette procédure, lisez cet article), c’est le gouvernement qui a la main. Sa décision : permettre aux entreprises ayant enregistré de « bons résultats » pendant la crise d’octroyer une « prime Corona » unique de 500€ nets en 2021, en complément de la marge maximale de 0,4%.

« Prime » prenant la forme de CHÈQUES CONSOMMATION. Les travailleurs, infantilisés, ne recevraient donc pas de l’argent librement dépensable mais des chèques ; le gouvernement fixe la façon dont la « prime » pourra être dépensée.

« Prime » qui, SI elle est octroyée, ne se voit appliquer qu’une COTISATION PATRONALE RÉDUITE de 16,5% (cotisation destinée aux caisses de la sécurité sociale…). Eh oui, on ne fait des ristournes qu’aux riches et aux patrons !

« Prime » qui, SI elle est octroyée, NE COMPTE PAS dans le calcul de la pension, du chômage… (la prime est nette, il n’y a pas d’ONSS dessus donc pas de prise en compte dans les branches de la sécurité sociale).

« Prime » ne pouvant être accordée que par « établissement », c’est-à-dire par ENTREPRISE et non par secteur. C’est classique, en imposant une approche par entreprise, le gouvernement cherche à diviser les travailleurs.

« Prime » octroyée sur une base VOLONTAIRE par les entreprises considérant avoir enregistré de « bons résultats » (notion non définie !) durant la crise. Ainsi par exemple, les travailleurs qui ont été au chômage COVID pourront se brosser… Sans doute sont-ils responsables de la crise ? Encore une façon de diviser et d’arnaquer les travailleurs.

« Prime » ONE-SHOT ; les travailleurs ne pourraient en recevoir qu’une seule, pour l’année 2021 uniquement. Donc si un travailleur reçoit la « prime » one-shot de 500 euros nets, cela revient à 20,83 euros nets en plus par mois sur les années 2021-2022.

On récapitule :

  • cette « prime » unique censée faire passer la pilule ne représente que de POTENTIELLES miettes
  • elle illustre la politique de division des travailleurs
  • elle sera laissée à l’appréciation discrétionnaire du patronat
  • comme si cela ne suffisait pas, les travailleurs sont infantilisés, la prime prenant la forme de chèques consommation
  • cerise sur le gâteau, le patronat bénéficiera d’une cotisation patronale réduite…

Pour Rupture & Renouveau, cette histoire de « prime » est une arnaque et le gouvernement prend les travailleurs pour des imbéciles.

Les travailleurs ont cruellement besoin d’augmentations salariales conséquentes. Mais cette année encore, le patronat et le gouvernement s’y opposent. Ils mobilisent la fameuse loi de 1996 sur laquelle la pratique des AIP est basée (pour plus de détail, lisez cet article). Cette loi est faite pour verrouiller année après année les salaires et renforcer le contrôle patronal sur les salaires ; elle ne profite qu’au patronat.
Pour nos salaires, opposons-nous à l’AIP imposé par le gouvernement et le patronat. Et exigeons l’abolition de la loi de 1996 !

Pour nous rejoindre: https://www.ruptureetrenouveau.be/nous-rejoindre/