L’inflation des produits alimentaires continue de grimper !

Publié par Admin le

L'inflation des produits alimentaires continue de grimper : 12,30% en Octobre.

En octobre, l’inflation dans notre pays a grimpé de 11,27% à 12,27 %. Elle atteint ainsi son plus haut niveau depuis juin 1975. Cette hausse est due en grande partie à l’inflation de l’énergie (63,03%). Mais l’inflation des produits alimentaires a aussi fortement augmenté : 12,30% ce mois-ci selon Statbel. RTL info et Test Achats ont fait une enquête sur l’évolution des prix de 3.000 produits constituant le « caddie de base » des Belges. Résultat : + 15,31% en octobre (par rapport à octobre 2021) ; une famille de deux personnes faisant ses courses paie désormais chaque mois 477 € pour 414 € en octobre 2021. Cette enquête dresse la liste des vingt produits ayant le plus augmenté en octobre 2022 (par rapport à octobre 2021) :

  • Beurre aux herbes : +42.95%
  • Papier essuie-tout : +41.83%
  • Papier toilette : +41.38%
  • Papier aluminium : +39.42%
  • Beurre de cuisson : +37.25%
  • Spaghetti : +37.25%
  • Beurre de laiterie : +34.33%
  • Huile de friture : +34.04%
  • Concombre : +33.62%
  • Lait demi-écrémé : +32.53%
  • Poulet rôti : +32.19%
  • Moutarde : +31.47%
  • Film fraicheur : +31.05%
  • Saucisses : +29.87%
  • Gouda jeune : +29.66%
  • Mouchoirs en papier (en paquets) : +27.43%
  • Café en pads : +26.30%
  • Crevettes grises : +24.83%
  • Fleurs : +24.15%
  • Mayonnaise : +23.13%

Aïe…

Depuis des mois, le coût de la vie ne fait qu’augmenter, ce qui a répercussions brutales sur le quotidien des masses. Chaque sou compte et les fins de mois sont angoissantes. Pour de plus en plus de ménages, les longues douches chaudes, les apéros et petites sorties de fin de semaine deviennent un luxe. Nombreux sont les travailleurs qui, plongeant dans la pauvreté, doivent se priver du nécessaire et comprimer leurs besoins essentiels ! Aussi observe-t-on sans étonnement une tendance à l’augmentation des vols dans les supermarchés. En juillet déjà, le directeur d’un hypermarché à Bruxelles expliquait n’avoir jamais connu autant de pertes de denrées alimentaires en vingt ans de carrière. Et Securitas de confirmer :

Nos inspecteurs réalisent davantage d’interventions en ce moment. Et nous remarquons que ces vols commencent plus tôt : généralement à la moitié du mois. […] Avant, les voleurs se ruaient sur les cosmétiques et les produits chers faciles à vendre. Aujourd’hui, ils volent de plus en plus de nourriture.

La fédération belge du commerce (Coméos) parlait quant à elle (toujours en juillet) d’une augmentation de 15% des vols à l’étalage depuis le début de la crise. Un pourcentage qui s’est encore élevé depuis lors.

Figurez-vous que le 27 janvier de cette année, notre cher ministre de la justice, Vincent Van Quickenborne, prenait les devants en mettant en place un mécanisme d’amende pour permettre à la police d’intervenir de façon plus rapide et efficace contre les voleurs à l’étalage pris en flagrant délit : en gros, ceux-ci peuvent se voir coller une amende de 350 € en plus de devoir indemniser l’entreprise commerciale.

Mais qui dépouille qui en vérité ? « Voici deux voleurs, écrivait en son temps Victor Hugo. Celui-ci est pauvre, et vole aux riches. […] Cet autre est riche, et vole aux pauvres. » Comment qualifier un système où des masses toujours plus grandes en sont réduites à vivre dans l’obscurité et le froid, à voler pour se nourrir, tandis qu’une poignée de parasites entassent milliards sur milliards ?

Ce système est malade, profondément pourri. Il ne sert que les intérêts d’une élite capitaliste qui vit et s’enrichit fabuleusement en exploitant, ruinant et spoliant les masses de travailleurs.

Rejoignez-nous : https://www.ruptureetrenouveau.be/nous-rejoindre/