Sur le piquet de grève chez Fedex-TNT

Publié par Admin le

Après l’annonce de licenciements massifs sur le site liégeois de Fedex-TNT, les ouvriers sont entrés en grève pour 48 heures. Nous sommes allés les soutenir hier soir, en compagnie d’un camarade de combat travaillant dans une usine située à Liège. Celui-ci devait pointer le lendemain à 7h30. Pourtant ce soir, malgré la fatigue, pas question de rester chez lui: « Je sais trop bien ce qu’on ressent quand on se retrouve seuls sur le piquet, la nuit, dans le froid, sans le moindre soutien des politiques; on se sent seuls au monde, c’est dur. C’est pour ça que je vais voir les grévistes, leur montrer ma solidarité, et particulièrement la nuit qui est le moment le plus difficile. Le soutien fait la différence. »

Sur le piquet, la colère est palpable. Plusieurs grévistes s’expriment :
➡« On a travaillé durant toute la crise. On nous a fait plein de promesses et du jour au lendemain on nous casse. Certains collègues viennent de se marier, certains viennent d’acheter une voiture, certains sont en médiation, etc. Et maintenant ? Combien de suicides il va y avoir ? Combien de divorces ? Etc. »
➡« Maintenant la charge de travail de ceux qui restent va empirer. Ils vont flexibiliser le travail. On finira par pouvoir nous appeler à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. »
➡« Les travailleurs n’en peuvent plus là. C’est la goutte qui fait déborder le vase. »
➡« Dans les directions syndicales, en haut, ça bouge pas ; ils nous disent, réglez vos problèmes on verra après. »
➡« Le problème, c’est les financiers, les riches, qui contrôlent tout, même le gouvernement. Ils ont le monopole de beaucoup de choses . Les ministres font ce que les financiers leur disent de faire. Moi franchement je veux une dictature contre les riches et les financiers. »

Force aux ouvriers et soutien à leur résistance ! 👊