Poème d’un camarade

Publié par Admin le

L’ouvrier.

L’ouvrier,

Pesante est la masse qu’il doit porter,

la soulever de ses bras façonnés,

au fil du temps se fatigue son cœur battant,

battant l’ouvrier, comme à ses vingt ans.

Ses pensées ne sont que tracas,

son corps n’est que vieux chiffon,

est-ce que demain il les passera,

les portes de sa prison ?

Prison de machines,

qu’il aime au fond de lui,

mais les barreaux il veut briser,

parce qu’à son fils il a promis :

« mon fils je te le promets, cette usine que tu vois là, demain à nous ouvriers elle sera ».

Maxime Ronzullo